FAITES-EN UN BON DELINQUANT

Publié le par Jean-Marie Demarque

Il s'agit de 12 règles, données par la police de Seattle, dans l'État de Washington, aux USA, proposées aux parents qui désirent faire de leur enfant un bon délinquant :

1. Dès l'enfance, donnez-lui tout ce qu'il désire. Il grandira en pensant que le monde entier lui doit tout.
2. S'il dit des grossièretés, riez, il se croira très malin.
3. Ne lui donnez aucune formation spirituelle. Quand il aura 21 ans, « il choisira lui-même ».
4. Ne lui dites jamais : « C'est mal » Il pourrait faire un complexe de culpabilité. Et plus tard, lorsqu'il sera arrêté pour vol de voiture, il sera persuadé que c'est la société qui le persécute.
5. Ramassez tout ce qu'il laisse traîner. Ainsi, il sera sûr que ce sont toujours les autres qui seront responsables.
6. Laissez-lui tout lire. Stérilisez la vaisselle, mais laissez son esprit se nourrir d'ordures.
7. Disputez-vous toujours devant lui. Quand votre ménage craquera, il n'en sera pas choqué.
8. Donnez-lui tout l'argent qu'il réclame. Qu'il n'ait pas à le gagner. Il ferait beau voir qu'il ait les mêmes difficultés que vous. 9. Que tous ses désirs soient satisfaits : nourriture, boisson, confort, sinon il sera « frustré ».
10.Prenez toujours son parti. Les professeurs, la police lui en veulent à ce pauvre petit !
11. Quand il sera vaurien, proclamez vite que vous n avez jamais rien pu faire.
12. Préparez-vous à une vie de douleur ; vous l'aurez. Pour éviter qu'il devienne délinquant, le plus important est d'accorder du temps, de l'amour, des limites et, de la stabilité à l'enfant, de communiquer ouvertement avec lui et de lui montrer l'exemple. Ce n'est pas simple tous les jours, mais c'est le meilleur chemin.

Rosette POLETTI (infirmière, pédagogue et psychothérapeute) avec la collaboration de Barbara Dobbs.

Publié dans Réflexions Psy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

roblin 17/02/2010 18:35


Moi je préfère les travaux d'alice miller:
http://alice-miller.com/index_fr.php


"La Maltraitance, l'Abus de l'Enfant
C'est quoi?

Les humiliations, les coups, les gifles, la tromperie, l'exploitation sexuelle, la moquerie, la négligence etc. sont des formes de maltraitances parce qu'ils blessent l'intégrité et la dignité de
l'enfant, même si les effets ne sont pas visibles de suite. C'est à l'âge adulte que l'enfant maltraité jadis commencera à en souffrir et en faire souffrir les autres. Il ne s'agit pas là d'un
problème de la famille uniquement, mais de toute la société parce que les victimes de cette dynamique de violence, transformées en bourreaux, se vengent sur des nations entières, comme le montrent
les génocides de plus en plus fréquents sous des dictatures atroces comme celle de Hitler. Les enfants battus apprennent très tôt la violence qu'ils utiliseront adultes en croyant à ce qu'on leur a
dit : qu'ils ont mérité les punitions et qu'ils étaient battus « par amour ». Ils ne savent pas qu'en vérité la seule raison des punitions qu'ils ont subies était due au fait que leurs parents ont
subi et appris la violence très tôt sans la remettre en cause. A leur tour ils battent leurs enfants sans penser leur faire du mal.

C'est comme ça que l'ignorance de la société reste si solide et que les parents continuent en toute bonne fois à produire le mal dans chaque génération depuis des millénaires. Presque tous les
enfants reçoivent des coups quand ils commencent à marcher et toucher les objets qui ne doivent pas être touchés. Cela se passe exactement à l'age quand le cerveau humain se structure (entre 0 et 3
ans). Là, l'enfant doit apprendre de ses models la gentillesse et l'amour mais jamais, en aucun cas, la violence et les mensonges (comme: « je te bas pour ton bien et par amour »). Heureusement, il
y en a des enfants maltraités qui recoivent l'amour et la protection chez les "témoins sécourables" dans leur entourage."


José (de France) 30/03/2009 10:54

Bonjour,

Si vous appliquer l'inverse de toutes les règles citées, vous en ferez aussi un bon délinquant.

Cordialement,

José

Violette la dame Mauve 18/02/2009 10:36

Une recette qui fait froid dans le dos et qui désigne certaines de nos erreurs dans l'éducation... Mon époux me disait toujours "Aimer ses enfants ce n'est pas de tout accepter de de tout donner sans raison, aimer ses enfants c'est les mettre sur la bonne voie de la vie et de les aider dans les coups durs qui ensuite leurs serviront d'expériences positives"
Amicalement.
je reviendrai sur ce blog très intéressant.
Violette

Jean-Marie Demarque 18/02/2009 15:55


Merci, Violette, pour ce commentaire encourageant.
A bientôt donc,

Jean-Marie


LECLERE 17/02/2009 22:50

Bonjour.
Pas mal de parents s'imaginent qu'il y a un mode d'emploi pour élever les enfants.Ils cherchent des CONSEILS. " fais çi, pas ça, comme çi, pas comme ça".
Celui çi me semble particulièrement sympa et riche d'enseignements lol.
Amitié.
Eric

Jean-Marie Demarque 18/02/2009 15:51


Merci, Eric pour ce commentaire et ce petit clin d'oeil. Je vous joindrai très bientôt par Email.

Amicalement,

Jean-Marie


Lucie 15/02/2009 20:15

Je ne suis pas vraiment d'accord avec tout

Jean-Marie Demarque 16/02/2009 11:37


Chère consoeur,

Vous me permettrez de vous appeler ainsi, je l'espère, même si nous n'avons pas exactement les mêmes points de vue ni les mêmes pratiques : je crois que nous nous efforçons tous deux d'oeuvrer à un
mieux être de nos patients respectifs.
Je suis psychothérapeute, j'essaie d'être psychanalyste "classique" en devenir et vous savez le long chemin que cela implique, ainsi que l'immense part de travail sur soi que cela demande.
Personnellement, je ne suis pas non plus d'accord avec tout ce que dit ce texte (qui n'est pas de ma plume, comme indiqué au bas) mais je l'ai trouvé interpellant et c'est ainsi que je me suis
permis de le publier.
Ceci dit, il est évident que vous n'êtes pas du tout, ni vous ni personne d'ailleurs, obligée d'y adhérer...
Je vous remercie sincèrement pour cette critique, et je serais heureux, si vous l'acceptez, de pouvoir échanger avec vous sur un plan strictement professionnel. Si vous êtes psychanalyste, vous
savez comme moi combien longue et difficile est la route, et si vous avez opté pour la sophrologie, vous faites certainement preuve d'une ouverture d'esprit que n'ont pas toujours les psys
classiques des grandes écoles. J'en profite aussi pour vous dire mon sentiment de tristesse vis à vis de cette guerre stupide et stérile que se mènent parfois certaines grandes mouvances de notre
métier, alors que nous aurions tout intérêt à nous unir, à partager, et à réinventer sans cesse (si Freud ne l'avait pas fait au départ, où en serions nous? aux idées "révolutionnaires" de
Charcot?), et ce dans l'intérêt de nos patients respectifs.
De toute manière, vous avez mon mail : psyapp@gmail.com


Très cordialement,

Jean-Marie Demarque
Psychothérapeute